Partager

J’ai entendu récemment quelques personnes qui m’ont raconté l’enfer qu’ils ont vécu pour régler la succession d’un proche décédé. Être désigné liquidateur témoigne d’une grande marque de confiance, mais peut aussi être un vrai cadeau empoisonné. Pour en limiter les désagréments, on peut faire en sorte, de son vivant, de préparer le terrain le mieux possible.

Pour lire la suite de l’article, rendez-vous sur LesAffaires.com. Vous devez être abonné pour lire l’article.

Articles récents

Plan de financement immédiat : pas la panacée

Il peut convenir à un client très riche qui y consacre une petite partie de son avoir. La

Voir plus

La nouvelle PCU est contre-productive

Depuis quelques semaines déjà, la Prestation canadienne d’urgence (PCU) a été remplacée par

Voir plus

Apprivoiser le régime de retraite à prestations cibles

Le 7 octobre, le ministre des Finances du Québec a déposé le projet de loi no 68 qui modifiera

Voir plus