Partager

Avant de quitter votre chalet ou votre résidence secondaire d’été pour quelques mois, certains gestes simples doivent être faits afin d’éviter de vous retrouver avec des problèmes.

Comme il peut être risqué de laisser votre chalet aussi longtemps sans surveillance, voici deux questions à vous poser avant de lui dire «à l’an prochain !»

Est-il bien fermé ?

Si vous êtes négligent en «fermant» votre chalet, vous pourriez avoir une mauvaise surprise le printemps venu. Pensons aux animaux qui pourraient s’y faufiler, attirés par votre boîte de céréales presque vide que vous avez laissé traîner, à l’eau qui peut fendre un tuyau à cause du gel ou encore aux branches d’arbres qui peuvent crouler sous le poids du verglas et abîmer votre couverture.

Vous pouvez toutefois limiter les dégâts occasionnés par la moindre faille dans cette «fermeture» grâce à la deuxième question.

Est-il bien assuré ?

Plusieurs facteurs entrent en compte quand vient le temps de déterminer les garanties d’assurance dont vous avez besoin pour votre chalet : évidemment, sa valeur ainsi que celle des biens qu’il contient, le temps que vous y passez, son emplacement, etc. C’est pourquoi vous devriez vérifier si votre police d’assurance convient à vos besoins, c’est-à-dire à votre chalet et à l’utilisation que vous en faites.

Le temps d’occupation

Les assureurs font la distinction entre les résidences dites secondaires et celles dites saisonnières. Pour les premières, une couverture tous risques est généralement recommandée, alors qu’une couverture pour risques désignés conviendra souvent aux secondes. Les risques désignés peuvent comprendre des dangers tels que la foudre, l’incendie, la grêle et les tempêtes de vent.

Le fait de louer votre résidence secondaire ou saisonnière à des locataires et la façon dont vous y passez du temps sont aussi des détails que votre assureur voudra connaître. Comme pour n’importe quelle couverture d’assurance, il vaut mieux déclarer plus d’éléments pour avoir la certitude que l’assureur ne contestera pas une éventuelle réclamation en alléguant une fausse déclaration.

Les exclusions

Vous devriez également vérifier attentivement les exclusions à votre contrat d’assurance. Par exemple, saviez-vous que le gel des tuyaux est une exclusion courante ? C’est la raison pour laquelle les propriétaires de chalet mettent autant de soin à purger le système de plomberie avant le gel : tuyauterie, chauffe-eau, appareils sanitaires, pompe, etc.

Autre point à ne pas négliger : un contrat de type risques désignés pour résidence secondaire exclut habituellement le risque de cambriolage. Selon la valeur des biens que vous laissez sur place, vous pourriez peut-être ajouter cette protection de façon distincte.

Les biens

Les biens couverts par votre contrat sont ceux qui restent en permanence à votre chalet et non ceux qui n’y restent que de façon temporaire. En effet, vos biens qui retournent à votre résidence principale l’automne venu sont couverts par la police de votre résidence principale. Par conséquent, lorsque vous établissez la valeur des biens à protéger dans votre chalet, ne tenez pas compte des biens couverts par l’autre assurance.

La responsabilité civile

Même si votre chalet n’est constitué que de quatre murs de vieilles planches et d’un toit, vous pourriez au minimum envisager une couverture pour responsabilité civile : si votre ami à qui vous avez prêté votre chalet pour la fin de semaine trébuchait et se fracturait la margoulette ; si votre feu de camp projetait des tisons chez le voisin ou enflammait la forêt ; si le toit s’effondrait sur la tête de votre acheteur potentiel…

En résumé, il est important de ne négliger aucun détail, car en matière de prévention, ils peuvent tous avoir leur importance. Et le diable en est friand !

Une routine d’automne…

Électricité:
  • Fermer le disjoncteur (sauf le chauffage, idéalement à 10 oC)
  • Débrancher tous les appareils
Animaux:
  • Bien ramasser toute la nourriture
  • Boucher tous les accès possibles
  • Intempéries
Inspecter le toit, les gouttières, le calfeutrage des portes et des fenêtres:
  • Couper les branches surplombant le toit
Eau:
  • Purger tout le système de plomberie
  • Laisser les robinets ouverts
Vol:
  • Ne pas laisser d’objets de valeur ou d’alcool
  • Demander au voisin de faire quelques rondes

Articles similaires

3 situations où vous payez du RRQ pour rien

Je donnais une formation cette semaine sur le sujet du RRQ et il m’est venu à l’idée, lorsque

Voir plus

Propriétaires d’entreprises: sauvez de l’impôt et retenez vos employés grâce aux frais médicaux

Avec la pénurie de main-d’œuvre qui sévit actuellement dans tous les domaines, les employeurs

Voir plus

Tableaux comparatifs d’épargne pour la retraite: attention!

Vous avez probablement déjà vu un tableau qui montre la différence entre un individu qui

Voir plus